monologue

Publié le par Iméon

Les mots coulent en moi, les mots de l'oubli, les mises en abime... Les textes, les textes toujours, les mots. Les mots d'un jour qui restent. Restent dans le coeur, restent dans l’oreille...

Les mots coulent, les mots qui sortent comme des larmes qui coulent sur les joues.
Bipolaire, je suis bipolaire. Qu'est-ce qu'une bipolaire ?
Ce n'est pas un bras, ce n'est pas une tête, ce n'est pas une partie du corps humain. Ho Juliette, Juliette, prend moi toute entière, laisse moi être ta Roméo.

Hô muse, hô mon tendre amour. Les mots sont des amours.

Puisqu'on ne peut posséder l'humanité, on possède des mots qui composent des phrases qui composent une partie d'humanité, une partie intime, la sienne.

Ho my god ! Hô les Capulet prennez moi des vôtre.
Tybalt, si juliette ne te veux pas, si tu pleur ton amour, moi je te veux, ne la pleure pas trop mon amour, car moi, moi je veux de toi.

l'Amoureuse de Tibalt, l'amoureuse de celui qui aime une autre, est-ce qu'un y pense ?
amour secret qui rechauffe quand meme le coeur.

Proctor, Abbygaï, ma tendre Abby, tendre personnage. Tituba, tendre personnage, tendre amour premier d'un personnage d'une pièce de théâtre qui à révolutionné la vie et mon coeur.

Mise en abyme. mise en abysme...mise en abysse.
la beauté.

Commenter cet article